Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'ai avalé un arc-en-ciel - Erwan JI

J'ai avalé un arc-en-ciel - Erwan JI

La Critique de Cellye

/!\ Avant toute chose, le livre aborde l’homosexualité. Si cela est un problème pour vous, merci de vous diriger vers une autre critique. ^w^ /!\

 

Je ne sais pas pourquoi, mais quand j’ai vu cette couverture hyper colorée, je me suis dit : « ce livre-là, il doit finir chez moi. »

Je n’ai pas vraiment lu le résumé, vous commencez à le savoir, je me fis généralement à la couverture du bouquin, j’ai les yeux, le pif pour voir et sentir si le bouquin me plaira. Je me trompe rarement.

Je l’ai dévoré d’une traite. Ou presque !

 

Nous arrivons ici dans le monde de Capucine, fille d’un papa français et d’une maman américaine, qui vit aux États-Unis dans le Delaware. Elle a 17 ans, Ben son petit ami est parti car son père a eu une promotion et ils ont déménagé dans l’Utah. C’est Ben qui a voulu coupé absolument tout contact possible. Puce, elle, voulait essayer de tenir une relation à distance. Elle avait accepté à contrecœur.

Du coup, pour se remettre du vide qu’il a créé, Puce se met à écrire un blog. En français comme ça ses amis ne pourront pas lui coller un procès, elle y a désactivé les commentaires & les statistiques. Elle s’en fout de savoir si on la lit, elle veut juste parler. Son blog, c’est un peu comme « une bouteille à la mer. »

 

Dès les premières lignes, je savais que j’allais accroché. Puce, c’est moi à mes 16 ans. Les mêmes questionnements, les mêmes soucis. Un sentiment de douce nostalgie m’a pris lorsque j’ai entamé ce bouquin, et je me suis attachée à Puce, Sara, Vaneck et Soupe – ses meilleurs amis, je me suis prise d’affection pour sa famille et Aiden. J’ai eu autant d’amertume pour les personnages qu’elle n’aime pas trop, et autant de haine pour ceux qu’elle déteste. Je me sentais très proche d’elle. Je vivais les choses avec elle. Et si je ne l’ai pas dévoré d’une traite. c’est qu’à un moment, elle a fait quelque chose qui m’a irrité. Prenez ça comme vous le voulez, mais je boudais Capucine (surnommée Puce comme vous avez dû le comprendre plus haut), alors j’ai fermé le bouquin et je l’ai abandonné sur ma table de salon pour aller dormir !

Ridicule hein ? Pas tant que ça, un livre pour lequel vous réagissiez comme s’il était votre ami est un bijou !

Je pense très clairement le mettre dans mon étagère des favoris, car je ne compte plus les phrases de ce bouquin qui m’ont marqué. Je suis passée par toutes les émotions, et n’est-ce pas ça que l’on recherche quand on lit ?

 

J’aimerais vraiment, vraiment, pouvoir tomber sur des livres comme celui-ci tous les jours !

 

Contrairement à ce que je pensais aussi, l’auteur est français, il est de Quimper, et rien que pour ça, ce livre mérite d’être lu ! Un livre français (même s’il traite de l’adolescence aux États-Unis) qui amène autant de sentiment et un sentiment de bien-être à la dernière page doit être lu ;)

 

 

Tard plus, pour une nouvelle critique, gens qui lit :3

Plop~

J'ai avalé un arc-en-ciel - Erwan JI

Résumé

Cette année, il m’est arrivé un truc phénoménal. Retournement de vie, frisson géant, secousse cosmique...

Je m’appelle Capucine, mais on m’appelle Puce. J’ai dix-sept ans, la peau mate et un accent de Montpellier. Enfin, l’accent, c’est quand je parle français. Je vis aux États-Unis depuis que j’ai trois ans. Cette année, il m’est arrivé un truc phénoménal. Retournement de vie, frisson géant, secousse cosmique, vous appelez ça comme vous voulez, mais la vérité… c’est que j’ai avalé un arc-en-ciel.

Éditeur : Nathan
Parution : mars 2017
Langue : Français

Nombre de pages : 396
ISBN : 978-2-09-256607-7

Prix broché : 16.95€

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article