Everything, everything - Nicola Yoon

Résumé

« « Everything, everything » est vraiment TOUT : puissant, charmant, déchirant, et si prenant que je l’ai dévoré d’une traite. L’un des rares romans qui vous élèvent, vous brisent et vous nourrissent en même temps. »
Jennifer Niven, auteur de « Tous nos jours parfaits »

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.
Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.
Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

Everything, everything - Nicola Yoon

La Critique de Clochette

C'est une romance qui m'a fait penser à Nos étoiles contraires (un amour compliqué entre deux adolescents, une maladie incurable, un voyage à l'étranger…). Cependant, grâce à l'écriture de Nicola Yoon, Everything, everything ne se veut pas dramatique. En effet, même si elle est toujours présente, la maladie de Madeline n'est pas toujours placée au premier plan. Ce qui allège et dédramatise l'histoire. Et heureusement car Olly a aussi ses propres problèmes, et c'est parfois Maddy qui lui vient en aide (ce qui évite l'aspect du prince qui soutient toujours la princesse).

Madeline est un personnage réaliste : elle grandit et mûrit au fil de l'histoire, elle développe son désir d'indépendance, mais a quand même toujours besoin d'un soutien (venant d'Olly, de sa mère ou de Carla son infirmière).

Olly est un personnage qui m'a fait rire, il est très obstiné et sait ce qu'il veut mais sait être sérieux et courageux quand il le faut. Il a aussi ses faiblesses, ce qui le rend plus réaliste et resserre le lien qui l'unit à Maddy.

Carla est un personnage secondaire que nous sommes obligés d'aimer, elle soutient Madeline du début de l'histoire jusqu'au dernier chapitre. Elle est son infirmière, mais aussi sa confidente, sa grande sœur, sa meilleure amie, car elle est toujours de bons conseils.

Nous découvrons le personnage de la mère de Madeline (Pauline) principalement à la fin du roman, et elle est… surprenante.

C'est un livre facile à lire car les nombreuses illustrations (de mails, dessins, sms, listes…) et les chapitres (très) courts nous entraînent dans le cycle infini du « Bon allez encore un petit chapitre et j'arrête ».

La couverture de ce livre est juste CANON !

De plus je la re-découvrais et comprenais ses illustrations au fil de ma lecture (Oui je suis restée 5 minutes devant mon livre fermé… ^^ ).

Retour à l'accueil